Médecine Traditionnelle Japonaise

La Médecine Traditionnelle Japonaise (MTJ) s’est développée à partir du VI° siècle (ère Asuka) avec la venue des premiers moines bouddhistes chinois et coréens au Japon qui ont entre autre apporté de nombreux savoirs comme l’écriture, les arts martiaux, le thé, la calligraphie … ainsi que la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)…

On ne peut cependant cantonner la MTJ à une simple copie de la MTC car même si elle s’en est inspirée, elle a su par le biais de sa propre culture, ses multiples influences, de nombreux échanges commerciaux et une longue tradition empirique d’étude tout au long des siècles la faire sienne et l’élever au rang d’Art.
L’ère Muromachi (1331-1481) fut en particulier une période faste pour le développement des Arts et de la culture Zen.

Au sein de la MTJ, on retrouve 4 grandes catégories :
→ Les techniques manuelles : Shiatsu, Massage Amna, Sotai, Kyukaku (ventouses)
→ Les techniques d’acupuncture
→ Les techniques de moxibustion japonaise (Okyu)
→ La pharmacopée japonaise ou Kampo (phytothérapie)

L’objet de la Médecine Traditionnelle Japonaise est de stimuler les forces naturelles de guérison du corps et peut donc aider à soulager de nombreux troubles.

Enfin, de par ses nombreuses techniques, elle permet de réguler de façon holistique la libre circulation des flux corporels (sanguins, lymphatiques, nerveux, énergétiques.) et ainsi maintenir et renforcer la vitalité et la force de notre organisme.

Kunisada, “Model of a Heathful Diet (Inshoku yōjō kagami)” (19th century)